Bienvenue Mya Ramos

Les Anges gardiens

Voici quelques extraits de témoignages de rencontres avec des anges gardiens, des protecteurs, ou encore des histoires de coïncidences. 


Beaucoup de personnes ont déjà vécu des moments semblables "d'évènements qui tombaient bien !" .  

On attribue ces moments au hasard, mais il n'y a pas de place pour le hasard dans la vie et tous les instants qui arrivent devaient arriver inévitablement.

Si l'on faisait plus attention, si l'on s'investissait plus dans notre vie, si l'on remettait les choses à leurs places en redonnant la priorité à ce qui a vraiment de la valeur (les personnes que l'on aime, l'harmonie, l'équilibre, le goût du bonheur, la liberté d'être et de faire ainsi que le respect des libe
rtés des autres, ... par exemple), alors,  en accord avec le monde, se révéleraient à nous une infinitude de choses merveilleuses qui construisent notre vie de tous les jours. 

Alors, ralentissons, faisons d
u rangement, reprenons notre vie en main, redevenons nous-même, et attendons les petits (ou grands) miracles quotidiens !

Récit de Sophy BURNHAM : 

Quand je vis mon ange, je ne pratiquais plus et, pour autant qu'il m'en souvienne, je ne priais guère. 

Mon mari était rédacteur au journal télévisé du soir sur CBS ; 

Nous habitions un cinquième sans ascenseur à Greenwich Village, et nous tirions le diable par la queue.

Un beau jour, un ami nous téléphona pour nous demander si nous aimerions nous joindre à un groupe de copains qui partaient faire une semaine de ski en France.

 Nous acceptâmes. 

Nous étions tous les deux bons skieurs. 

Nous avions pris le temps de suivre des leçons, avec la discipline et la concentration qui président à tout ce que nous entreprenons.

Il n'avait plus neigé depuis des semaines. 

Les pistes étaient dures comme des toboggans. 

Je sortis d'un virage à haute vitesse, mordis sur le bord de la piste et tombai ; je continuai à dévaler la pente sans ralentir, sur le dos, la tête la première. 

Quand on fait une chute, il faut se retourner de façon à descendre les skis les premiers : on les enfonce dans la neige et on s'arrête. 

Mais j'eus beau essayer, me tortiller dans tous les sens, je n'arrivais pas à me retourner. 

Le sol était dur et quelque peu caillouteux : je dévalais la pente comme si je roulais sur des milliards de roulements à bille. 

Je me rappelle que je me trouvais ridicule à glisser ainsi sur le dos, la tête la première, à me cogner contre de petits cailloux. 

Je n'avais pas peur, tout en sachant que j'avais quitté la piste. 

Après deux ou trois tentatives pour retourner mes skis, je renonçai et me dis qu'après tout, cela ne faisait rien : je ne tarderais pas à m'arrêter contre un arbre ou un rocher. 

gif gratuit angesSoudain, j'aperçus une ombre noire qui me dépassa comme l'éclair et je m'arrêtai net contre les jambes d'un skieur ! 

J'étais tombée contre ses jambes, sans me faire mal.

 Le choc ne le fit pas tomber ni même vaciller, on se demande comment il avait pu encaisser mes cinquante-quatre kilos à pareille vitesse. 

Je me relevai. 

Il était tout de noir vêtu : cagoule noire, anorak noir, pantalon noir, skis noirs. 

C'était étrange car personne, à l'époque , ne s'habillait en noir dans cette station. 

Tout le monde mettait du jaune, du rouge, du bleu. 

- Merci beaucoup ! dis-je

Puis je le regardai dans les yeux. 

Eux aussi étaient noirs, mais pleins d'une lumière telle que j'en fus saisie. 

Je ne me souviens pas de sa réponse : je crois qu'il n'a pas dit un mot.

 Puis il a fait demi-tour et a commencé à remonter la pente en ciseaux, mais à une vitesse incroyable ! 

Il avait en lui la force des géants. 

Chacune de ses enjambées valait deux ou trois des miennes ; pourtant, à l'époque, je pouvais me mesurer aux meilleurs;

Je me précipitai derrière lui, allongeant la foulée, faisant tous mes efforts. 

Je voulais revoir ses yeux. 

Je voulais lui demander qui il était, je voulais entendre sa voix ; toutes ces pensées n'affleuraient pas clairement à ma conscience mais elles me donnaient des ailes. 

Une fois en haut, il se lança immédiatement dans la descente sans un coup d'oeil pour David qui se hâtait à sa rencontre pour le remercier. 

Il disparut comme l'éclair. 

J me lançai à mon tour sur la piste, sur les traces de l'homme en noir qui avait disparu derrière l'épaulement de la colline.  

La piste était large et trés pentue. 

Elle descendait à pic, tournait à gauche autour d'un affleurement rocheux et la vue s'étendait ensuite sur toute la vallée en contrebas, sur des kilomètres et des kilomètres. 

Personne en vue !

Je contournai les rochers, jetai les yeux à droite et à gauche à la recherche d'un creux dans lequel il aurait un instant disparu. 

Les seuls skieurs en vue étaient de tous petits points noirs, trés loin en bas dans la vallée. 

Il était impensable que mon sauveteur ait pu dévaler la piste à pareille vitesse : pourtant il avait disparu ! 

Je continuai sur ma lancée. 

A mi-pente, j'eus un hoquet de stupeur : une falaise se dressait à ma gauche ; c'est la-haut que j'étais tombée ! 

Si le skieur en noir ne m'avait pas bloquée, j'aurais fait le grand saut du haut de la falaise et me serais écrasée sur les éboulis ! 

L'homme m'avait bel et  bien sauvé la vie.

  
              

 Récit de Carlène ANDERSON (Illinois)


"Il est rare que je parle aux gens de l'incident que je raconte ci-dessous:

 Dabord, le souvenir m'en est si précieux que je le garde serré dans un coin de mon esprit, un peu comme un enfant cache son jouet favori sous son lit. 

C'était il y a six ans. 

Ma fille Jenny avait sept ans. Il devait être à peu prés 14 heures.
 

Jenny était avec moi en voiture, nous allion en ville, à la banque. 

Nous étions arrêtées à un feu rouge, dans une rue que nous connaissions bien. 

C'était une rue à sens unique, à quatre voies et nous étions sur la troisième. 

Il n'y avait personne à ma droite mais une cadillac blanche était à ma gauche sur la deuxième ligne et un camion de déménagement sur la première, à l'extême gauche. 
gif gratuit anges
Nous étions tous les trois alignés au feu, sans véhicule derrière nous.

Quand le feu commença à clignoter, une sorte de lourd nuage "débranché" brusquement mon cerveau. 

 Il s'agit bien sûr d'une métaphore : il n'était pas lourd par son poids physique ni noir par sa couleur ; mais c'était comme un pressentiment, un avertissement direct et le message était clair :"ne bouge pas !".  

Deux ou trois secondes s'écoulèrent avant que je ne reçoive un troisième message : 

"je vis mentalement une voiture venant de ma droite s'engager dans le carrefour, brûler le feu rouge (mon feu étant déjà passé au vert) et poursuivre sa route".

Je suis sans doute restée à l'arrêt un moment aprés tout cela car ma fille, qui n'avait pas l'air d'avoir vu l'avertissement, me dit :

- Maman, c'est vert. Pourquoi ne démarres-tu pas ?

- Oh, répondis-je, je crois que je vais attendre.

A cet instant, une Volkswagen venant de ma droite traversa le carrefour en trombe. 

 Elle était conduite par une mère de famille avec ses deux fils à l'arrière, elle avait dépassé toutes les voitures arrêtées au feu rouge.

 Elle traversa sans ralentir, sans tenir le moindre compte du feu ni des véhicules à l'arrêt. 

Si elle nous avait percutées, elle aurait touché ma voiture la première et notamment ma fille assise à ma droite. 

Vu la vitesse effrayante à laquelle elle roulait, l'accident aurait été un carnage.

Je remarquai que les deux voitures à ma gauche avaient, elles aussi, attendu. 

Avaient-elles reçu le même avertissement que moi ?

Je ne puis m'empêcher de croire que oui, sinon elles se seraient engagées dans le carrefour au moment où le feu passait au vert. 

Au lieu de cela, nous restâmes tous les trois à l'arrêt pendant dix ou quinze bonnes secondes, avant de nous mettre en route. 

J'aimerais bien connaître leurs noms pour pouvoir leur demander. 

Je sens que je fais partie des rares privilègiés à avoir vécu des expériences analogues, non seulement parce que, à mon avis, des choses aussi merveilleuses n'arrivent pas bien souvent. 

Je ne me fais pas d'illusion : 

Je ne m'imagine pas que ce genre de choses m'est arrivé à moi parce que je fais partie des "élus" qui vivent de façon pure et sainte. 

Au contraire, ma vie est active, pleine de mouvement : 

je n'ai pas le loisir de consacrer du temps à une pratique religieuse traditionnelle. 

Non, je pense que si j'ai été choisie, c'est parce que, comme le disait tout simplement mon avertissement " pas encore : il n'est pas encore temps !" 

Ce message m'amène à croire que les pricipaux tournants de notre vie sont prévus à l'avance et que, si quelqu'un lance dans la mare un pavé susceptible de bouleverser l'ordre des choses, il doit être "neutralisé" dans toute la mesure du possible."

              

Personnellement, beaucoup de faits semblables m'arrivent souvent mais comme je crois au surnaturel, à un monde invisible pour les yeux mais tellement présent, j'ai tendance à ne plus me poser de questions quand cela arrive. 

Mais ce n'est pas pour autant que je ne remercie pas Dieu, mon ange gardien ou mes esprits protecteurs, etc..

Un jour de fin d'été, j'étais allée ramasser des champignons de prés avec mon jeune fils.

gif blog angesJ'avais laissé ma voiture à l'entrée des patûres et nous nous sommes promenés en long en large et en travers, au gré de champignons que nous apercevions.

En fait, nous avons fait cela sur environ 4 hectares puisqu'il s'agissait de deux patûres séparée par une barrière ouverte. 

C'est trés important de pouvoir imaginer la surface pour la suite.

 En effet, comme l'après-midi touchait à sa fin, nous décidâmes de retourner. 

Mais, arrivée à la voiture : catastrophe ! 

J'avais perdu la clé : une toute petite clé plate de contact qui fermait aussi les portes, sans porte-clé, sans rien, une bête petite clé de contact en métal. 

Je me rappelais l'avoir mise dans la poche de ma chemise, mais elle avait dû certainement tombée quand je me baissais pour ramasser les champignons ! 

Mais où ?

 Dans toute cette étendue verte, comment faire pour la retrouver, c'était impossible ! 

Impossible ?

Alors, sans douter un seul instant, je me suis mise à prier, j'ai prié Saint Antoine de Padoue (il avait était l'allié de ma grand-mère tant de fois pour retrouver tout ce qu'elle perdait !) .

J'ai donc prié sincèrement et j'ai commencé à avancer dans le prés, au hasard et puis j'ai aperçu sur la droite un endroit où l'herbe était plus épaisse, en fait, c'était des plantes à plus larges feuilles qui poussaient à cet endroit. 

Toujours sans réfléchir, je me suis mise à genoux et j'ai commencé à écarter les feuilles une par une et ... ma petite clé était là !!! 

J'ai rappelé mon fils qui était à l'autre bout des prés et je lui ai montré. 

Il a eu du mal à croire ce qu'il voyait, surtout lui qui est assez cartésien. 

C'était tout simplement un miracle...."


              


Un jour, j'avais accompagné mon mari pour effectuer une livraison chez un client à plusieurs kms de la maison. 

Notre bébé était avec nous bien sûr et nous venions de lui acheter des bottines en cuir pour l'hiver. 

Le voyage s'était déroulé agréablement avec une halte sur le retour dans une station-service pour du carburant et autres...
gif anges
En partant, le bébé avait enlevé ses chaussures comme il le faisait habituellement en voiture et comme la route était longue, nous l'avions laissé faire mais de retour à la maison, nous n'avons jamais retrouver l'autre chaussure : elle avait dû se glisser contre la portière et quand je suis descendue à la station, elle avait du tomber à l'ouverture de celle-ci. 

Elle était sûrement restée la-bas à 150 kms sur le parking de la station.

Nous étions tellement déçus !

 Des chaussures toutes neuves de qualité  !

En attendant de lui en racheter des nouvelles  le bébé allait devoir garder ses chaussons, tant pis! 

Mais 2 ou 3 jours après, je m'installe au volant de ma voiture (qui n'a rien à voir avec la camionnette de livraison !) et sur le siège passager, posée bien au milieu : la bottine manquante de mon fils ! 

Quelle surprise !

Je pense aussitôt que c'était la chaussure qui nous restait, mais non ! la seconde était bien rangée là où on l'avait mise... 

Comment cette chaussure était réapparue là ? 

De plus, je m'étais servie plusieurs de la voiture depuis la perte de la bottine et le siège passager avait toujours été libre,  on s'y était même assis ! 

Mais les faits étaient bien là, la petite chaussure avait été posée là, bien délicatement, debout, au milieu du siège et bien en vue ! 

Aussitôt en avoir parlé avec mon mari qui n'y comprenait rien non plus, j'ai remercié mon Ange Gardien. 

Si ce n'était pas lui, je pense qu'il a fait la commission....



              


"Nous étions en voyage à l'étranger et il avait eu un problème avec le réseau des Cartes visa.

Plus moyen d'avoir de l'argent ! 

Mon banquier m'avait dit qu'à cause d'une escroquerie de grande envergure, tout le système avait été bloqué, mais que maintenant, ça allait, c'était fini, tout allait bien. 

Sauf que, après un long trajet en bus, nous nous sommes retrouvés dans une grande gare routière et quand nous avons voulu tirer l'argent nécessaire pour nous continuer notre voyage, nous n'avons rien eu.

 Il y avait plusieurs distributeurs et aucun ne voulait nous donner de l'argent sur notre carte bancaire. 

Nous étions bien là, à l'écart du centre ville, sans argent. 

Mais plus rien 
gif gratuit angesJ'avais fait confiance au banquier qui m'avait assuré que tout était rétabli et nous avions roulé toute une nuit, donc avec jour de plus, nous étions bien certains que le réseau était complètement remis en place ! 

Hélas, rien à faire. 

Nous avons compté les quelques pièces qui nous restaient : juste pour acheter une bouteille d'eau !

Nous nous sommes alors installés à l'écart sur un banc, puis j'ai réfléchi, mais j'ai toujours senti que j'étais plus particulièrement protégée lors de mes voyages et je ne m'en faisais pas plus que ça, j'avais confiance. 

Pourtant, je nous voyais mal passer le reste de la journée à errer dans la gare routière, passer la nuit sur le banc sans rien manger.

 Alors, j'ai pensé aux personnes que j'aimais, qui avaient quitté notre vie matérielle mais que je savais toujours pas trés loin de moi, j'ai demandé aussi à mon Ange gardien et puis sans trop savoir ce qui pourrait bien se passer, je me suis levée, j'ai dit à mon mari que j'allais essayer encore. 

Et aprés avoir tenté de nouveau de tirer de l'argent auprès des distributeurs, sans succés, j'ai aperçu dans un coin un dernier distributeur (d'une banque que l'on avait déjà essayé !), mais celui-ci, ô miracle se mit à me cracher l'argent ! 

C'était vraiment un miracle, encore, car le lendemain et les jours suivants, nous avons réessayé de retirer de l'argent mais sans succés !!! 

Heureusement, nous avions prévu et nous avions fait attention à ne plus nous démunir. 

Si ce petit miracle n'avait pas eu lieu, je ne sais pas comment nous aurions fait :  le centre ville était à plusieurs kms, nous n'avions plus d'argent pour prendre un taxi ni un bus pour rejoindre une banque pour essayer de se faire envoyer de l'argent par mon banquier...